On a tous une âme soeur, même si cette personne est parfois à l'autre bout du monde
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Non, je ne t'oublie pas [PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
June Miller

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 28
Célébrité : Alona Tal
Date d'inscription : 02/02/2009

Open Your Heart
Pseudo sur LATW:
Relationship's:

MessageSujet: Non, je ne t'oublie pas [PV]   Mar 10 Fév - 19:18

Le souvenir est un parfum de l’esprit. La plupart du temps, il enrobe et embellit nos pensées. Toutefois, il arrive qu’il les submerge, qu’il devienne oppressant car insurmontable. Et dans ce cas précis, le seul moyen pour remonter la pente qu’est la vie, c’est de s’en séparer. June l’avait comprit et expérimenté maintes fois. Elle avait par exemple longtemps banni le souvenir de Nate pendant un moment, jusqu’à ce qu’elle retombe sur une photo. Une photo qui avait complètement changé sa vision des choses. Auparavant, elle n’avait jamais aimée cet art qui fige tout, y compris la réalité. En grandissant, June avait compris qu’elle se trompait et que la photographie n’interrompait pas le présent ni même la vie. Elle inscrivait juste un instant dans l’éternité. La photographe, c’était un gage d’immortalité.

Pourtant une ombre venait obscurcir ce si joli tableau, ajoutant une touche de noir dans une vie gris clair. Car oui, elle avait beau dehors, le sourire aux lèvres et la démarche assurée, personne ne pouvait discerner à travers ses lunettes de soleil griffées la nostalgie qui se lisait dans son regard. En fait, malgré un job de rêve et un cercle d’amis envié de tous, elle se sentait parfois affreusement seule. Elle en connaissait la cause, hélas elle n’avait pas encore fait le deuil de sa dernière relation en date et s’en voulait encore d’avoir tout fichu en l’air comme elle l’avait fait. Toutefois, sa personnalité était ainsi. L’amour était banni de son mode de vie et elle devrait s’en accommoder pour encore les soixante années à venir. Elle avait eu le bonheur à portée de main, l’avait effleuré grâce à un garçon amoureux et prêt à tout pour elle, plutôt que de l’accepter à bras ouverts, elle l’avait fuit au triple galop sans se retourner. Elle ne devait s’en prendre qu’à elle-même, ce qu’elle faisait chaque jour que Dieu jugeait bon de créer. Les remontrances de Jaden – « Tu es trop dure avec toi-même, va de l’avant, tu trouveras quelqu’un d’autre » - ne l’aidaient pas vraiment à se sentir mieux, au contraire, elle restait plongée dans sa solitude, comme si elle aimait s’y noyer. Peut-être était-ce vrai. Peut-être avait-elle connu trop de sentiments et de désillusions trop vite et que son quota était dépassé depuis longtemps.

Lycéenne, June aimait beaucoup se rendre seule au parc. Il était nettement moins grand que celui-ci, mais aussi beaucoup plus fréquenté en raison de la chaleur presque omniprésente l’été. Elle se mettait dans le coin le plus reculé, sous le couvert tendre et feuillu d'un érable et d'un pommier, le dos contre la terre meuble et l'herbe à peine humide, à fixait sans y songer les ombres des feuilles et des branches sur son propre corps. C'est ainsi que sans réflechir elle était venu au parc cependant la place était bondée et du haut de son petit mètre soixante-dix, elle apperçevait à peine l'autre bout de la place. Elle se mêla à la foule, essayant d'apprecier ce sublime paysage à l'odeur particulière. Celle des fleurs; jasmin, lila, rose .. Un véritable bouquet de senteurs auquel il était difficile de résister. Elle se retourna à droite, cherchant une allée un peu moins peuplée pouvant ainsi totalement apprécier le spectacle. Mais ses yeux se fixèrent sur une silhouette, où plutôt sur un visage bien distinctif. Son coeur se souleva tandis qu'elle clignait des paupières, aveuglée par le soleil. Il était là, devant elle, planté comme un piquet. Il la fixait aussi, une timbale de café aux lèvres. C'était comme si le temps avait arrêté d'avancer, que les gens autour d'eux avaient cessés de bouger, que le vent ne soufflait plus, que son sang ne circulait plus.


« Oh .. » souffla t-elle à demi voix. .

« Nate » Nouvelle pause.

Oh my god. Lui. Ici. Non. Pas possible. A l’aide. Au secours.

« C’est… »

Tant bien que mal, elle parvint à dissimuler sa confusion et se força à le regarder droit dans les yeux, sans fléchir, avec ce regard qui veut tout dire et ne rien dire à la fois. Avec ce sourire mi-surpris mi-crispé. Sa volonté devait être plus forte que la réalité. Il devait croire en sa neutralité. Croire au fait que le revoir n’était qu’un banal évènement sans la moindre importance et surtout sans la moindre conséquence. L’ennui c’est qu’elle n’était plus l’actrice d’antan. Intérioriser, elle savait faire. Ça faisait parti d'elle. Mais mentir, non. Les rôles avaient changé. Elle n’était plus le chasseur, la dominante au caractère impassible. Elle était le gibier, torturée de l’intérieur par une foule d’interrogations. Un seul de ses regards avait suffi à la troubler. L’apparition de Nate avait eu l’effet d’une balle de plomb en plein cœur. Sauf qu’elle n’en était pas mort. L’espace d’un instant, elle aurait pourtant préférée l’être car quitter la vie ce n’était rien comparé à la douleur qu’elle ressentait à présent. Ce n’était rien comparé à la fléchette aiguisée qu’il venait de planter dans son cœur comme si elle en était la cible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nate J. Walker
    I'm Just A Fasinating Man.. So Look At Me, I'm Handsome

avatar

Nombre de messages : 59
Age : 29
Célébrité : Jensen Ackles
Love Song : The Best I Ever Had - State Of Shock
Date d'inscription : 29/01/2009

Open Your Heart
Pseudo sur LATW: Waak
Relationship's:

MessageSujet: Re: Non, je ne t'oublie pas [PV]   Dim 22 Fév - 7:46

Un matin comme les autres, enfin comme les autres, il n'était sur l'île que depuis deux nuit. La première soirée il avait rencontrer Persé, et pendant la nuit durant son moment d'insomnie il avait rencontrer Elizabeth. Ils avaient passer la journée ensemble, et la nuit dernière n'avais pas été aussi mouvenementer mais il n'avait pas beaucoup dormis. Il n'avais pas sortis parce qu'il ne se sentait pas en pleine forme, mais se matin sa allait bien mieux. Une chance, car il voulais profiter des moments qu'il passait ici le plus possible. Hummé les odeurs qui s'émanait au levé du jour, comme au coucher, ou même en plein milieu d'après midi. Se matin il s'était lever tôt après s'être recoucher tard dans la nuit. Mais il avait fait un drôle de rêve, enfin drôle n'étant pas vraiment le mot. Mauvais l'aurais sans doute plus été. Mauvais, car s'était un de ses souvenir qui l'avais fait souffrir, par contre il se modifiait tout le temps, et s'est se qui l'agassait le plus. Il revoyait sans cesse l'amour qu'il avait cru être la femme de sa vie lui annoncer qu'elle l'avait tromper. Il était partis sans un mot, et avait même manquer les cours tout le reste de la journée. Il avait penser, peser le pour et le compte durant deux jours entier. June était une jeune femme forte, et sans doute trop forte pour lui. Tout se qu'il demandait s'était de pouvoir protéger et aimer la jeune femme pour le reste de leur vie. Durant ses deux longues journée il avait regarder la bague qu'il s'apprêtait a lui offrir. L'ayant toujours en sa possession, ne voulant s'en débarasser parce qu'il avait eu un gros coup de coeur pour celle-ci il s'était jurer a partir de se moment la de trouver LA femme qui la mériterais vraiment. Donc, oui son rêve ne restait pas toujours sur June, la jeune femme qui lui avait totallement et litérallement briser le coeur, mais parfois il avait rêver que c'était Perséphone, aller savoir pourquoi d'ailleur puisqu'il ne l'avais jamais aimer, enfin pas amoureusement. D'autre c'était Elizabeth, et d'autre c'était des femmes qui lui était totalement inconnu. Il avait fini par s'habituer a ses rêves incessants. Cherchant toujours a essayer de deviner qui sa serait nuit après nuit.

Ayant sortis s'acheter un café, il se dit qu'une marche sur le bord de la mer avant d'aller rejoindre Duncan et les filles seraient quand même assez sympatique. Un peu de repos, profiter de la mer a cette heure de la journée, et qui sais pourquoi ne pas se baigner un peu, question de se détendre et se refroidir vu la chaleur incessante de l'île. Dont il ne se plaindrais pas bien entendu. En arrivant la bas, il regretta quasiment son coup. La plage était bonder. Pourtant il était rendu, pourquoi ne pas sauter un peu dans l'eau, il avait encore une bonne heure minimum avant d'aller rejoindre la petite bande. Il s'arrêta pour prendre une gorgé de café ne voulant pas s'ébouillanté. En redessendant la tête et le goblet, il crut rêver. Il cessa quasiment de respirer. Il voulu se pincer pour s'assurer qu'il ne rêvait pas, mais sa n'aurais pas fait bonne impression. Sa ne se pouvait pas?! Sa ne pouvait pas être elle?! Si?! June Miller, sa.. enfin Son ancienne petite amie! Que pouvait-elle faire la. Elle était aussi sur le site?! Elle était devant elle, et avait l'air aussi surpris que lui, donc se n'était pas préméditer, elle ne l'avais pas suivi. Il baissa totalement son vers de café et la fixa dans ses yeux qui lui avait toujours sourit. Quelques chose avait changer en elle. Car avant elle n'aurait pas bagayer mais l'aurait plustot soit ignorer soit sauter a la figure. Et puis honnêtement Nate ne voyait pas autre chose a faire que de lui parler. Il devait être un peu masochiste sur les bords, mais il en avait besoin, car il s'était trouver un peu bête lorsqu'il avait rompu avec elle. Et il voulait s'expliquer.

« June!... »

Il se tue, quoi dire après cela?! Après tant d'année?! Après tout se qu'il avait vécu tout les deux, après la demande en mariage raté, après tout se qu'il aurait pu vivre, après tout .. tout se qui avait été et aurait pu être eux.

« Je.. Tu... J'avais.. Aucune idée que tu serais ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June Miller

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 28
Célébrité : Alona Tal
Date d'inscription : 02/02/2009

Open Your Heart
Pseudo sur LATW:
Relationship's:

MessageSujet: Re: Non, je ne t'oublie pas [PV]   Mer 25 Fév - 22:06

Elle sirotait une nouvelle rasade du café italien, qu’elle comptait bien être l’une des dernières, lorsque la voix du jeune homme ralluma en elle une étincelle éteinte depuis longtemps. Le liquide lui brûla la gorge d’une façon dont elle n’avait pas l’habitude, lui donnant soudainement envie de vomir tout ce qu’elle avait ingurgité dans la journée – autrement dit, pas grand-chose. Son estomac se retourna une fois, deux fois, tandis que ses doigts se crispaient sur le goblet qui menaçait de se déchirer. Anxieuse la miss Miller ? Pas le moins du monde. Etonnée tout au plus. Qu’on lui annonçât la résurrection de son paternel l’aurait moins surprise…

« Nate » commença-t-elle comme un écho à son propre prénom. Elle releva la tête vers lui et esquissa un sourire neutre mais toujours amical – une de ses spécialités –, bien décidée à ne pas laisser transparaître le moindre signe de désarroi. Il ne fallait aucunement qu’elle se montre déstabilisée. Elle ignorait encore pourquoi, seulement elle ne souhaitait pas prendre le risque de se montrer vulnérable, elle l’avait assez été lors de leur dernière discussion. Sous l’effet d’une force qu’elle ne se soupçonnait pas, elle reprit avec une voix chaleureuse : « Pareil pour moi. » Phrase purement inutile, elle en était consciente. Seulement que pouvait-elle bien dire d’autre alors que sa gorge était terriblement sèche et qu’articuler le moindre son était un supplice ? Oh, bien évidemment, elle s’était attendue à ces retrouvailles, tôt ou tard elle savait que leurs chemins devaient se recroiser. Ou du moins elle avait espérer. Mais pas comme ça, pas ici. Elle les avait imaginé plus âgés, chacun avec une belle vie qui se terminait, se remémorant leur passé commun et argumentant sur ce que leurs existences auraient pu être s’il en avait été autrement, si elle ne l’avait pas tromper, s’il n’avait pas pris la poudre d’escampette. Elle était encore trop jeune pour répondre à toutes ces questions, pour lancer des hypothèses futiles sur une possible histoire qui s’avérait devoir être encore écrite.

Leurs regards demeuraient figés, braqués l’un sur l’autre comme des pistolets qui s’enrayent, qui veulent se faire du mal mais qui ne possèdent plus une seule balle. Incapable de se détacher de ce qu’elle croyait être une apparition - et que naturellement elle ne voulait pas voir disparaître comme ça, en un claquement de doigt - June se cramponna sur le goblet de son cappuccino, l’esprit visiblement ailleurs, et ce durant une période indéterminé. Une seconde ? Une minute ? Dix minutes ? Elle n’en avait pas la moindre idée. Ses repères étaient faussés par des sentiments qu’elle aurait préféré ne plus jamais soupçonner mais qu’elle était bien obligé d’assumer, une fois encore. Ce lapse de temps avait pris des allures d’éternité. Ce qu’elle redoutait le plus au monde refaisait donc surface sans qu’elle puisse empêcher quoique ce soit. Allez expliquer à votre cœur qu’il ne doit pas battre aussi vite, vous. Allez convaincre vos iris de dévorer un autre homme des yeux, vous. Essayez un peu pour voir. Et vous verrez. Vous verrez le calvaire que c’est d’aimer quelqu’un qui ne vous aime pas et surtout, qui ne vous aimera plus jamais. D’aimer quelqu’un coûte que coûte alors que vous pouvez reconstruire votre vie avec un autre. D’aimer encore et toujours cette même personne, pour la vie, en sachant pertinemment que vous n’avez aucun avenir ensemble. Essayez un peu, vous, juste pour voir. Et vous verrez. Loin de panser les blessures, comme l’énonçait un vieil adage, le temps préférait apparemment faire plus de mal que de bien. Face au visage plus interrogateur que méprisant de son ex petit ami, elle ne savait que dire, que penser.


"Ainsi tu es inscrit au site ? Quel est ton pseudo ?"

Elle essaya de faire la discution, de paraitre neutre, temps bien que mal. Oui, le temps préférait apparemment faire plus de mal que de bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nate J. Walker
    I'm Just A Fasinating Man.. So Look At Me, I'm Handsome

avatar

Nombre de messages : 59
Age : 29
Célébrité : Jensen Ackles
Love Song : The Best I Ever Had - State Of Shock
Date d'inscription : 29/01/2009

Open Your Heart
Pseudo sur LATW: Waak
Relationship's:

MessageSujet: Re: Non, je ne t'oublie pas [PV]   Mer 25 Fév - 22:54

Dès la minutes, non même pas la première seconde après ses paroles, il les regretta amèrement, il aurait du passer son chemain, mais il n'avait tout simplement pas pu, elle était comme dans son souvenir, elle l'attirait comme un éman, même si cette aimant il le savait car il en avait payer le prix, pouvais le faire souffrir attrocement, elle l'avait déja fait alors pourquoi pas a nouveau? Tout les souvenirs qui pouvait le hanter depuis tant de temps refaisait surface. Tant de peine, de souffrance. Mais aussi du bonheur, un bonheur dont il se privait depuis tout se temps, un bonheur dont il ne voulait plus se passer. Alors qu'elle lui dit se qu'il savait déja au fond de lui, qu'elle ne savais pas que lui aussi était sur l'île il se souvient de la première fois ou il l'avait rencontrer, il aurait sourit, si son visage n'avais pas été figer comme de la glace. Elle lui avait fait tout un impression, mais se travail d'équipe avait été celui qu'il avait préférer, et malgré la tournure de l'histoire sans doute celui qu'il préfèrerais tout le reste de sa vie. Il lui lanca un sourire a son tour, pas question de paraitre mal polis, mais quoi dire dans cette situation.

Elle aussi gardait le silence, et sa n'aidait en rien, puisqu'il eu le temps de se souvenir de lorsqu'il avait fini par enfin l'embrasser, il avait paniquer toute la journée a l'idée de se retrouver avec elle, seule dans une minuscule petite pièce, bien sure il avait changer de comportement dans les jours qui avait précédé, surtout dut au fait, qu'il avait réaliser en parlant a des amis, qu'il l'aimait et qu'il voulait être avec elle. Il avait tout préparer, et finalement rien ne s'était passer comme sa, ils avaient tout simplement travailler et parler comme a tout les soirs ou ils se retrouvait, mais là sa avait été différent, c'était le dernier soir, il fallait remettre le travail le lendemain. Sans même y penser, il s'était tout simplement pencher vers elle, et avait déposer ses lèvres sur les siennes. Puis tout d'un cou il revient a la réaliter, il ne devait pas penser a sa, c'était pas la meilleure solution. Elle était son passé, il avait eu bien trop de peine pour tout simplement lui parler comme si rien ne s'était passer. Mais il avait besoin de lui parler en se moment, et quand il l'avait vu, il l'avait sut. Alors qu'il reposait les yeux sur June elle lui parla du site..

Quel site?!

Puis il se retien pour ne pas sourire. Se qu'il pouvait être bête des fois, le site love around the world, celui qui lui avait fait connaitre Persé, et Elizabeth! Elle devait être elle aussi la pour sa. Il fit un léger sourire a June.

« Ouais je suis inscrit. Et toi aussi j'imagine! Waak.. C'est Waak mon pseudo! Et le tiens? »

Il avait rencontrer bien des gens sur le site, bien des personnes très sympatique, et a se moment, il ne pouvait s'empêcher de se demander si il ne lui avait pas parler, ou du moins remarquer son pseudo. Après tout, ils avaient tant de chose en commun quelques années plustot pourquoi pas encore aujourd'hui?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June Miller

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 28
Célébrité : Alona Tal
Date d'inscription : 02/02/2009

Open Your Heart
Pseudo sur LATW:
Relationship's:

MessageSujet: Re: Non, je ne t'oublie pas [PV]   Jeu 26 Fév - 16:29

Une chose était certaine, aucun d’eux ne s’attendait à se revoir. La situation présente n’avait en rien arrangé les choses. Un ans. Court et long à la fois. Certains liens se créent, d’autres se renforcent, certains tombent dans l’oubli, d’autres encore se brisent. Leur relation pouvait avoir été qualifié de toutes les situations citées précédemment mais à présent, ils étaient presque de parfaits étrangers. Presque parce qu’on ne peut réellement oublié ce qui a fait partie de notre vie. Etranger dans le sens où malgré tout, elle avait bien tenter de l’oublier et que finalement, se rendant compte que c’était chose impossible, elle avait préféré la classer dans une catégorie qui ne lui convenait pas. A cause de cela, elle se montrait hésitant, en soi c’était étrange car d’une nature sociable, elle n’éprouvait aucune difficulté à parler à qui que ce soit, que du contraire. Pourtant, on aurait pu croire qu’elle était une timide maladif hésitant entre vaincre sa peur ou fuir en courant.

[Flash-Back]


June.- Pourquoi ?
Lui.- La vie est injuste, tu devrais le savoir.
June.- Je suis désoler ! Mais il n'est rien, RIEN, tu m’entends ?! Juste un obstacle à surmonter. On traversera pire, tant que nous sommes ensemble. Je t'aime, pourquoi tu me parle pas? Sa fait deux jours que tu m'évite!! Je suis ta copine bon sang ! »

L’adolescente s’arrêta, tressaillant par le regard que venait de faire Nate. Sa lèvre trembla. Elle était perdue.

Lui.- Non!! ... Tu ne l'est plus!

Les paroles qu’il cracha, agirent comme de l’acide. Elle le fixait sans comprendre, se refusant de comprendre. Elle secoua la tête. Désespérée, impuissante.

June.- Non arrête ça, immédiatement.

Mais, il était déjà loin, sans un regard. La vue de la jeune femme se brouilla lamentablement. Les larmes, une à une glissèrent doucereusement le long de ses joues. Comment réagirait les autres en la voyant pleurer ainsi ? Cette faiblesse lui retourna l’estomac de dégoût. Elle le voyait s’éloigner sans un mot, à tout jamais. Ses jambes se dérobèrent, elle n’avait plus le courage de tenir debout. Elle se sentait si pitoyable dans cette position, mains et genoux à terre retenant son corps de sombrer. Il s'était volatilisé dans la foule de passants qui parlaient, riaient, vivaient tout simplement. Et elle, dans tout ça, qu’était-elle ? Une étrangere. Elle ne parlait pas, ne riait plus, et n’avait jamais réellement vécue.

[Fin du Flash-Back]


Sauf avec lui. Sauf avec Nate J. Walker. A chaque fois qu’elle se trouvait en sa présence, elle se sentait exister. Elle devenait quelqu’un. Cependant, il n'y avait pas eu de happy end. L’ennui c’est que, même si une partie d'elle n’avait jamais cessée d’espérer revoir le visage de celui qui avait emprisonnée son cœur, jamais elle n’avait cru une seule seconde que tout ceci deviendrait réalité. Jamais. Elle se sentait complètement perdue, comme une touriste qui débarque à Tokyo et une fois encore, pas prête. Pas prête du tout à l’affronter. Elle termina, la gorge serrée, son cappuccino qui avait pris un goût plus amer depuis sa rencontre avec Nate et la chaleur qu’il dégagea dans tout son corps eut un effet réconfortant. Cependant pas assez pour savoir que Waak était Nate. Comment était-on censée réagir quand celui qui vous a confier ses sentiments, qu'il allait demander la main de sa petite amie mais que celle-çi la tromper né autre que Nate, son ex petit ami ? Comment était-on censée réagir quand on apprend que le happy end de leur histoire aurait pu ce passée si elle ne l'avait pas trompée ? Que peut- être en ce moment il seront peut être ensemble ? Comment était-on censé réagir quand leur dernière « conversation » avait été des plus tendues. Et encore, le mot était faible. Nate l’avait repoussé, il était en colère, sa réaction était des plus logiques puisque June l'avait trompée. Il lui avait clairement fait comprendre qu’il ne voulait plus la voir. Et pourtant, ils s'étaient là, ensemble et elle vient d'apprendre qu'ils auraient pu être mariée.

"Et le tiens?"

"Sunshine ... C'est Sunshine ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nate J. Walker
    I'm Just A Fasinating Man.. So Look At Me, I'm Handsome

avatar

Nombre de messages : 59
Age : 29
Célébrité : Jensen Ackles
Love Song : The Best I Ever Had - State Of Shock
Date d'inscription : 29/01/2009

Open Your Heart
Pseudo sur LATW: Waak
Relationship's:

MessageSujet: Re: Non, je ne t'oublie pas [PV]   Ven 27 Fév - 10:07

Les silences entre eux, n'avait jamais exister, ils parlaient, riaient, blaguait, se faisait des peurs, peut-importait en autant qu'ils s'amusait et était tout les deux. Mais se temps était révolu. Il le voyait bien, après tout, les silences, ne faisait que paraitre dans leur situation. Ils s'étaient laissé sans un autre mot, le lycée c'était terminé, et il s'était empressé de quitter la ville, pour ne plus souffrir. Il avait essayer de profiter de la vie. Mais son coeur n'avais pas été briser, il avait été lacérer, et brûler vif. LA femme qu'il aurait voulu marier, épouser, passer le reste de sa vie avec, jusqu'a se que la mort les sépare et tout le bla bla de cette belle cérémonie l'avait totalment détruit. Et comme il commencait a se rebatir, a faire confiance a nouveau enfin a l'amour, elle réaparassait. Il l'aimerait sans doute toujours, il ne pourrait effacer les bons moments qu'ils avaient eu tout les deux. Mais les mauvais avait pris le dessu, était plus fort que les bons moment. Il n'avait a se moment là pas eu la force de la laisser sortir de sa vie, mais Duncan l'avait aider a ne pas retourner vers elle. Bien sure il n'aurait jamais rencontrer Elizabeth, mais il aurait sans doute bien aimé la réembrasser a ce moment la, la prendre dans ses bras, profiter de leur amour commun. Mais la confiance en elle s'était évaporer et il ne l'avais pas fait. Et elle était la devant elle, et ils étaient quasiment comme des étrangers a présent.

Des étrangers, finalement peut-être pas. Elle était Sunshine, il l'avait rencontrer comme sa sur le site.. Comme sa, mais ils avaient parler de leur ancienne relation amoureuse respective, lui qui s'était fait tromper alors qu'il voulais la demander en mariage et elle qui avait tromper son petit ami et qui était parti assez rapidement sans un mot. Deux versions, oui! Mais de la même histoire. Il voulait la demander en mariage et l'aurait fait d'ailleur. Mais elle l'avait tromper. Il la regarda, quoi ajouter a cette phrase, elle savait a présent, il n'en doutait pas parce qu'il savait que malgré la blondeur de ses cheveux la jeune femme était loin d'être stupide. Elle savait a présent qu'il allait la demander en mariage. Qu'ils auraient, a se moment précis, été marier l'un a l'autre. Qu'ils auraient fait leur vie tout les deux, et qu'ils serait sans l'ombre d'un doute surement toujours amoureux, puisqu'ils ne seraient jamais aller sur le fameux site web. Il regarda June, la jeune femme qu'il ne connaissait plus. Oui en effet il ne la connaissait plus comme il la connaissait avant. Si forte et si indépendante, maintenant il n'avais qu'une envie la protéger sans arret, mais tel qu'il la connaissait, elle ne le laisserait pas faire! Si?

« Sunshine... »

Il laissa a nouveau quelques seconde passer de silence.. Elle lui avait avouer toujours l'aimer sur le site. Alors être devan lui et apprendre qu'il avait l'intention de l'épouser si elle avait accepter...

« Je crois que nous devrions parler June! »

Se n'était pas méchant, mais il voulait lui expliquer, s'arranger pour qu'elle retrouve se qu'elle avait en elle qui lui plaisait tant. Il voulait retrouver June Miller dont il était tombé amoureux, enfin au moins sa joie de vivre. Bon d'accord les autres l'attendait, mais ils attendraient, ils voulaient absolument règler toute cette histoire une fois pour toute. Ou du moins l'éclarcir au mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June Miller

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 28
Célébrité : Alona Tal
Date d'inscription : 02/02/2009

Open Your Heart
Pseudo sur LATW:
Relationship's:

MessageSujet: Re: Non, je ne t'oublie pas [PV]   Ven 27 Fév - 15:29

All you need is love. Quel est l’imbécile qui a écrit une chose pareille ? Les Beatles ? Mais qu’est-ce que ces minables petits scarabées connaissent de l’amour ? Si l’amour suffisait vraiment, si c’était réellement la seule chose dont on avait besoin, vous croyez que le monde saignerait autant aujourd’hui ? Car de l’amour, il y en a sur cette planète. Beaucoup. Pas assez. Il n’y en a jamais assez. Mais là n’est pas le point de l’argumentation que l’on veut développer. Je disais donc : vous croyez vraiment que l’amour est la seule chose dont on a besoin dans la vie ? Certainement pas. Surtout pas quand on est une adolescente de 21 ans. Vous n’imaginez même pas les centaines de milliers de choses qui se passent dans la tête et dans le cœur d’une jeune fille de 21 ans et qui ne concernent pas l’amour.

L’amitié. Ouais, ben c’était pas un cadeau. Ils étaient où les amis de June en ce moment hein ? Et pendant l’été, quand elle avait eu besoin de soutien ? Ils l'ont juste inscrit dans ce site, et qu'est qu'elle avait gagner ? A savoir, que si elle n(aurait pas sauté au bras d'un jeune footballeur toute sa vie aurait pu être parfaite. Avec l'homme de sa vie. Sa position n'était pas très enviable. Elle aurait même aimé pouvoir tout effacer, tout recommencer à zéro. Prendre une gomme géante et faire un grand trait sur ses conneries, ce serait possible ? S’il vous plaît. Il paraît que les erreurs de jeunesse forment votre vie adulte. C’est pour ton bien June … Et puis quoi encore, vous en avez d’autres fadaises à raconter ? dans le genre aussi : assume les conséquences de tes actes, ou maintenant, il faut réparer les pots cassés, t’avais qu’à pas faire le c*n ...
Les études. En ce moment, les notes de June chutaient. Pas de beaucoup, mais assez pour avoir suscité l’attention de certains professeurs. Elle avait déjà subi l’interrogatoire de la directrice, au cours duquel elle s’était contentée de dire calmement « Non tout va bien » à chacune de ses questions.
Tant de choses peuvent traverser l’esprit d’une jeune femme. Sans forcément concerner l’amour. Et puis d’abord, c’était quoi l’amour ? Le cœur qui bat un peu plus fort ? Va faire un jogging et tu l’auras ton cœur qui bat. Des papillons dans l’estomac ? Goûte au petit-déjeuner-du-vainqueur-ne-grimace-pas-c’est-pas-si-dégueulasse de ma soeur et tu les auras tes papillons dans l’estomac. La tête qui tourne ? Bois un verre de volka de trop et tu l’auras ta tête qui tourne. Alors c’était quoi ? Pour June, cela se réduisait en un nom. Nate Walker. Tout simplement. Pour June, l’amour c’était lui. C’était son corps, son sourire, son regard, sa voix, son rire, ses mains, ses lèvres, sa présence. Lui. Seulement, quatre mois avaient séparé leur dernière conversation de celle-ci. Quatre mois où ses mots avaient résonné dans la tête de June.

Perdue dans ses élucubrations, perdue dans ses rêveries, détournée de la réalité, June se figea instantanément. La jeune femme en avait presque oublié que l’objet de ses pensées se trouvait à moins d’un mètre d’elle. Ce n’est que lorsqu’il parla enfin, qu’elle sortit de cet état de transe. Elle se demanda si elle n’avait pas rêvé d’avoir entendu sa voix, à force de penser à lui. Après tout, étant donné son état, rien n’était impossible. Justement si, une chose était impossible, et c’était précisément ceci : entendre Nate Walker parler. Son intervention a été si brusque, si inattendue, que dans les premières secondes qui suivirent ses paroles, June se contenta simplement de le regarder en clignant des yeux. Elle était tellement déconnectée de la réalité, que le signal mit un moment à remonter le nerf afférent menant au cerveau. Le moment percutant où enfin le sens de sa phrase s’immisça dans son esprit acheva de la ramener sur Terre.

L’idée qu’elle puisse un jour devenir muette l’avait toujours terrorisée. Et pourtant aucun son ne sortait ! Perdre la parole c’était perdre son identité. June ne pouvait pas l’envisager. Parce que c’était une fille et que les mots, tout comme l’inlassable mouvement de ses mains, constituaient le fondement même de sa personnalité ; n’y voyez pas là l’ombre d’un cliché, juste la vérité. Parler. Elle ne savait faire que ça. Les mots piétinaient son cerveau comme le feraient n’importe quels chevaux au triple galop et ils finissaient leur course dans sa bouche, avant de se déverser à l’oral comme de l’eau qui coule à flot dans une douche, qui éclabousse cette même bouche. Sa voix ne trouvait que rarement le repos : des jolis mots, parfois faux, des gros mots, parfois sots, des mots, encore et toujours des mots, parfois trop.

En fin de compte, Nate était le seul capable de la faire taire. En sa présence, elle ne trouvait plus le moindre mots. Mais que devait - elle dire ? Qu'elle savait qu'elle avait tout foirée, qu'elle était désoler ? Tout cela il le savait !


*« Je crois que nous devrions parler June! »

Elle voulait s'enfuir. Courir loin d'ici. Pieds nus dans le sable, dans les hautes herbes, le visage fouetté par l'air et les branches des arbres. Elle voulait hurler, se cacher, se frapper, se détruire. Elle se détestait, elle le détestait, elle aurait voulu ne plus exister à cet instant même, disparaître immédiatement de la surface de la Terre. Tellement de souffrance traversait à ce moment précis son être tout entier qu'elle n'aurait pas été surpris d'exploser. Cela aurait été un soulagement. Puisque, parce qu'une fois mort, elle ne ressentirait plus rien et que. Toutes les répétitions, les simulations quelle avait faites ... oh oui elle en avait faites, inconsciemment, toujours quand elle était saoul ou en rêve. June lui dirait qu'elle était désoler, il la prenait dans ses bras et lui jurait qu'il n'aimait qu'elle, elle l'embrassait, ils se pardonnaient tout. happy end, musique de fond, et "I love you" à profusion. Oui. Sauf que la réalité était différente que ces fantasmes plus ou moins éveillés, et c'était débile de croire que ça allait se passer comme ça. Evidemment que non.

"Oui, je crois aussi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nate J. Walker
    I'm Just A Fasinating Man.. So Look At Me, I'm Handsome

avatar

Nombre de messages : 59
Age : 29
Célébrité : Jensen Ackles
Love Song : The Best I Ever Had - State Of Shock
Date d'inscription : 29/01/2009

Open Your Heart
Pseudo sur LATW: Waak
Relationship's:

MessageSujet: Re: Non, je ne t'oublie pas [PV]   Dim 1 Mar - 19:59

En venant sur cette île il s'était bien sure attendu a être surpris, a rencontrer des gens dont il ne s'attendait pas, a s'être tromper sur une personne, en bien ou en mal, mais n'avait jamais penser qu'il tomberais sur June. SA June. Enfin son ancienne June a présent, car il l'avait laisser tomber, il l'avait laisser tomber pour son bien a lui, elle lui avait complètement briser le coeur. Même Duncan n'avait sut quoi lui dire pour lui remonter le morale se soir la. Il avait pris soin de l'éviter au plus au point, il ne voulais pas avoir a lui parler avant d'avoir prit sa décision, si il lui pardonnait et passait l'éponge, et avoir toujours cette crainte, cette peur qui vous noues le ventre, de savoir si vous êtes vraiment le seul et l'unique. Ou encore mettre fin a leur relation, ranger la bague bien soigneusement et oublier toute cette histoire.. Il avait choisis la deuxième option. Non pas parce qu'il ne l'aimais plus, mais parce que en se connaissant lui même il avait sut, au plus profond de lui, qu'il ne lui pardonnerais pas. Qu'il aurait toujours peur de ne pas être le seul. Et qu'il ne voulais pas vivre ainsi, il se le refusait. Ils étaient beaucoup trop jeune surement pour devoir s'engager, pourtant il aurait tout donner pour lui passer la bague au doigt. Et pourtant, aujourd'hui ils étaient la, lui s'étant jurer de ne jamais lui avouer qu'il avait toujours SA bague, qu'il n'avais jamais trouver quelqu'un qui pourrait la porter qui lui arrivait a la cheville. Mais maintenant Elizabeth était dans le portrait. Quoi faire de toute cette histoire?! Mais elle était Sunshine, elle savait donc a présent tout se qui lui avait passer par la tête, et aussi qu'il allait la demander en mariage. Mais Nate, lui, il savait qu'elle l'aimait toujours et qu'elle ne l'avais pas oblier. Et lui l'avait-il fait? Hier, ou même se matin il aurait proclamer que oui! Haut et fort sans aucune hésitation. Mais elle était la devant lui, et tout ses souvenirs qui refaisait surface, son visage qui avait tant changer depuis la rupture. Pourquoi il devait endurer tout sa, il n'avait qu'une envie la prendre dans ses bras et la serrer contre lui. Oh comme il aurait aimer, mais il ne voulais pas tenter le diable non plus, ni même lui donner de faux espoires. Ils devaient parler sa s'était certain de quoi au juste, il n'en était pas trop sure, mais il le savait il devait lui dire quelques choses, pas question de la planter la comme la dernière fois, la dernière discutions qu'il avait eu face-à-face tout les deux. Sans même y penser il lui prit la main doucement pour l'apporter vers un lieu plus calme ou quelques table libre était disponible et a un bel endoit pour disucter. Se fut par contre une terrible erreur, car dès qu'il lui prit la main il vit les souvenir revenir plus vite qu'une claque en plein visage. Leur rencontre, les premières sorties tout les deux, le premiers baiser, la première nuit qu'ils avaient passer tout les deux, les fous rire, les blagues, les discutions.. Puis le jour fatidique.

FLASHBACK

Alors qu'elle lui criait par la tête '' Non arrête sa immédiatement! '' il s'éloignait de la jeune femme. Il l'aimait tant pourtant, son coeur, il l'avais lui même lacérer les jours qui avait précéder, et maintenant il venait de lui donner le cou de grace, il avait laisser celle avec qui il voulais passer le reste de sa vie. Celle dont la bague de fillancaille ne quittait pas les poches de son jeans, de peur de changer d'avis, pour l'avoir sous la main et de faire se qu'il fallais faire pour enfin vivre toute la vie a ses cotés.
Mais, il s'éloignait et sa serait a jamais sans doute, puisqu'il venait de rompre avec elle, rompre avec la femme qui lui avait briser le coeur, mais qui pourtant était dans son coeur comme dans sa tête, la femme de sa vie. Si il s'était retourner, et avait poser son regard dans les yeux de June Miller, emplis de larmes et de tristesses, il n'aurait pu se retenir et aurait changer d'avis, l'aurait fait tout simplement s'excuser et l'aurait demander en mariage, mais il ne s'était pas retourner. Il avait sortis du lycée avait foncé vers sa voiture essayant d'oublier le bruit des larmes de la jeune femme. Les larmes qu'il avait lui même causer, créer. Dès qu'il fut derrière le volant, il ne put se retenir et fixant un point non existant dans le parbrise, une larme coula sur sa joue, puis deux. Démarrant la voiture il était rentrer chez lui, personne, ils travaillaient tous..

Deux heures après Duncan arrivait, voir comment il allait, bien sure, depuis deux jours, Nate n'était pas au mieux de sa forme et était triste parce que il s'était fait des illusions sur June. Mais se soir la Duncan ne le trouva pas dans sa chambre en train de regarder des photos de lui et June avec la bague de fiancaille dans les mains, non il le trouva soul a caller une autre bière. Duncan la lui enleva, mais Nate sauta sur la vodka. Duncan ne l'avais jamais vu comme sa, mais sans même lui demander, il savait qu'elle décision son meilleur ami avait pris.

FIN DU FLASHBACK

Il lacha sa main, et alla s'assoir de l'autre coté de la table et baissa la tête, regardant sans trop la voir sa main, essayant d'imaginer celle de June dedans. Bien sure c'était beaucoup moins douloureux que le premier soir, ou même les premiers jours. Mais il n'arrivait pas a se la sortir de la tête et n'y arriverais sans doute jamais, parce qu'elle avait été son premier véritable amour, et dans son coeur elle le resterais toujours. Même si il était a nouveau amoureux de Elizabeth!

« Écoute Chér... June. Je n'ai jamais voulu te faire de mal, c'est pour sa que je t'ai pas parler de mes intentions, et je t'en aurais pas parler si j'avais sut que tu était Sunshine. J'aurait pas du raconter Mon, enfin.. Notre histoire. Mais j'avais besoin de parler, et tu me comprenait.. Avoir sut.. »

Il se tue et posa enfin son regard dans celui de June Miller, SA June qui ne le serait plus jamais d'ailleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June Miller

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 28
Célébrité : Alona Tal
Date d'inscription : 02/02/2009

Open Your Heart
Pseudo sur LATW:
Relationship's:

MessageSujet: Re: Non, je ne t'oublie pas [PV]   Lun 2 Mar - 23:46

[Flash-Back]


Lorsqu'une mauvaise nouvelle vous tombe dessus sans préavis, il est parfois très difficile d'encaisser et de se relever pour continuer à avancer. On a tendance à se donner à fond dans quelque chose qui nous passionne (ou pas) pour tenter de passer le temps et ne pas penser au problème qui nous occupe l'esprit, seulement que fait-on lorsque l'on a envie de ne rien faire, si ce n'est de déprimer à mort et de cogner sur tout ce qui bouge ? Vous ne voyez pas ce qu'on peut faire ? Très bien, alors je vais vous le dire... on va se bourrer la gueule, c'est évident ! Enfin, boire pour oublier et oublier qu'on a bu, vous ne connaissez pas ce célèbrissime cercle vicieux ?!

Elle n’était bonne qu’à ça. Oui, elle n'avait été bonne qu'à ça après sa rupture avec Nate. Boire. Déboucher la bouteille. La porter à ses lèvres. Et après, descente en enfer. Directement sur l’autoroute qui y menait . yeah, he was on the highway to hell. Dans un véhicule à grande vitesse. On lui avait piqué les clefs, et quand bien même elle les aurait, June les aurait balancé par la fenêtre ouverte. Car elle roulait, fenêtres ouvertes, la musique à fond. Et elle rigolait. Ça la faisait rire. Pourquoi pas, après tout ? Mieux en rire qu’en pleurer, pas vrai ? Ouais, nan, vaut mieux en crever. Boire. Poser la bouteille vide. Boire. Poser la nouvelle bouteille vide. Boire. Et oublier. Comme si c’était possible. Il fallait qu'elle se change les idées, qu'elle change d'air, sinon June allait devenir folle. Et elle n’avait trouver que sa … Boire.


[Fin du Flash-Back]


Certains jours, tous les jours en fait, une parole déplacée d'une personne faisait renaître la peine de June. Cette peine qu'elle voulait oublier, cette peine qui ne disparaîtrait jamais. La peine de savoir que rien de tout cela ne va changer. Et cela, June le vivait depuis une longue années déjà, sans le moindre petit changement.

Tout les bons souvenirs lui revenait en mémoire. Il avait toujours était là pour elle, lui permettant de ne pas faire de conneries comme elle avait l'habitude de faire mais depuis qu'il était parti, rien n'allait, elle avait commencer a boire, le savant loin d'elle, proche de certaines filles ... Elle voulait tout oublier. Elle n'était pas comme les autres filles à courir auprès d'un garçon et puis les voila qui se retrouvent.
Honnêtement June, tu t’attendais à quoi ? Qui te saute dans tes bras en te disant je t'aime ?
Ouais. Et c’est ça le pire.
Naïve va.

Naïve. Le mot la percuta de plein fouet, comme autrefois le mot « faible » l’aurait fait. Des sentiments si virulents se levèrent en elle, recouvrant complètement l’hésitation et la déception dont elle était le champ de bataille quelques instants plus tôt. Non, elle n’était pas naïve. Le jour où June Miller sera naïve, le chocolat n’existera plus !

Je veux sourire, je veux rire, je veux parler, je veux écouter, je veux m’amuser. Je veux vivre. Vivre avec lui, s'amuser avec lui, l'écouter, lui parler, rire avec lui et sourire avec lui. Mais ce n'ai pas possible ...

Elle n’était plus qu’un déchet ambulant, drainée par ses illusions. Ses illusions qui lui laissaient croire que ça n’était rien, que tout était normal, que tout allait bien. Mais rien n’allait. Sa vie devenait n’importe quoi. Elle ne contrôlait plus rien, elle n’était plus capable de rien. Où étaient passés sa joie et son optimisme à toute épreuve ? Peut-être pas à toute épreuve finalement.
Elle était au bord de la destruction et elle s’effondrait. Tout doucement. Elle s’enfonçait lentement, mais sûrement, assurant sa propre chute. Masochisme ? Non. Ignorance. Et douleur. Elle saignait, son pouls ne cessait d’accélérer. Son cœur saignait. Tellement. Sans qu’elle ne comprenne pourquoi. Pourquoi autant de douleur ? Son pouls s’accélérant lui donna la réponse. Parce qu’elle était en vie. Elle vivait. Alors même que son cœur explosait. Mais elle continuait à vivre. Chaotiquement. Et chaque geste qu'il faissait, à chaque fois qu'il l'a touché, elle se sentait coulée plus profondément.


« Écoute Chér... June. Je n'ai jamais voulu te faire de mal, c'est pour sa que je t'ai pas parler de mes intentions, et je t'en aurais pas parler si j'avais sut que tu était Sunshine. J'aurait pas du raconter Mon, enfin.. Notre histoire. Mais j'avais besoin de parler, et tu me comprenait.. Avoir sut.. »

Elle était devenue insensible. Dans tous les sens du terme. Elle ne ressentait plus rien. Ni la haine qu’elle éprouvait pour elle, ni la douleur quand elle pensait à lui, ni tout le reste. Elle était totalement anéantie, détruite. Épuisée. L’être humain en qui elle croyait profondément auparavant l’avait annihilée. Elle était maintenant consciente que plus rien ne serait comme avant. Elle ne donnerait plus jamais sa confiance comme avant.
Elle était en train de plonger. Insensible ? Pas tout à fais puisque quand le jeune Nate lui prit la main pour la dériger vers un endroit plus tranquille. Elle ne put s'empêcher de trembler. Elle tremblait. Pourquoi ? Pourquoi ! Parce que quand on se jette d’un pont pour faire du saut à l’élastique, on tremble. Même après. Quand on va sauter en parachute d’un avion, on tremble. Après aussi. On a du mal à se relever, on en revient pas d’avoir réussi. Et pourtant on l’a fait. Et on se sent bien, très bien. Oui, mais June, elle venait de sauter en parachute sans parachute, de faire du saut à l’élastique sans élastique, et elle n’arrivait pas à se sentir complètement bien.

Animée d’une envie soudaine, poussée par une idée spontanée, June commença a parler.


"Tu sais ..."

Elle marqua une pause, moins pour l’effet de théâtre que pour trouver ses mots. Ranger ses idées, oui, ne pas tout étaler d’un coup sans aucun ordre logique, à la manière d’une dissertation ratée, pour qu’à la fin il se dise « et en français ça donne quoi ? ».

"Il y a un instant, je pensais avoir des tas de choses à te dire. Mais au final il n’y en a pas tant que ça, et le peu qu’il y a paraît tellement creux que je pourrais être candidate au concours du somnifère le plus puissant. Je pourrais par exemple te raconter une histoire. L’histoire de cette fille, Véronika, qui, persuadée qu’il ne lui restait plus qu’une semaine à vivre, a craché sur ses principes de toujours et a brisé les tabous, profitant du court laps de temps qui lui était offert pour faire des choses qu’elle ne s’était jamais crue capable de faire. Mais je risquerais de te barber, car tu ne la connais pas et elle te connaît encore moins, alors quel est l’intérêt ?
Je pourrais te raconter une autre histoire. Celle d’une fille prénommée June qui, un soir qu’elle n’arrivera sans doute jamais à oublier, a fais une énorme erreur. Mais cette histoire là tu la connais, et puis tu es certainement plus qu’allergique au prénom, alors à quoi bon ? Je pourrais continuer. Je pourrais te raconter que les paroles du garçon agirent comme de l’acide. Qu'elle était désespérée, impuissante. Le conte de fée était terminé. Il s’était transformé en tragédie grecque. Pénélope attendant, seule, un Ulysse qui ne reviendrait jamais. Je pourrais te dire aussi que cette June a réalisé des choses. Choses qu’elle savait pour certaines déjà, mais qui étaient si profondément refoulées dans son esprit qu’elle avait refusé de les remarquer.

Et puis pour finir, je pourrais t’avouer une chose. Que je t'aime. Mais je n’en aurais jamais le courage. Alors… faisons comme si je n’avais rien dit d’accord ?"


Sans doute était-ce la première fois dans sa vie pas si courte que ça, que June se dévoilait autant, puisque la sensation lui était complètement nouvelle. Elle s’écoutait discourir non stop. Combien de temps était-il passé depuis qu’elle avait commencé ?

Et voilà. Rien d’autre à ajouter. Elle se leva de sa table, replacant une mèche de cheveux.


"Il vaudrait mieux que je pars"

Gorge nouée, voix faible. Ses yeux étaient plus qu’humides. Elle avait parlé, certes d’une intensité peu élevé, mais cela suffisait pour que Nate comprend.

[ Neutral Désoley]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nate J. Walker
    I'm Just A Fasinating Man.. So Look At Me, I'm Handsome

avatar

Nombre de messages : 59
Age : 29
Célébrité : Jensen Ackles
Love Song : The Best I Ever Had - State Of Shock
Date d'inscription : 29/01/2009

Open Your Heart
Pseudo sur LATW: Waak
Relationship's:

MessageSujet: Re: Non, je ne t'oublie pas [PV]   Mar 3 Mar - 7:27

Il s'était passer un an, un an sans qu'il ne la revoit, un an, ou a chaque jour, il pensait a June. Parfois c'était quelques choses qu'il voyait, entendait, goutait, qui lui faisait penser a elle, d'autre fois c'était faire quelques chose dont d'habitude il faisait avec elle, ou d'autre fois, il avait une discution avec une personne mais il l'avait déja eu, et avec June. J'imagine que vous comprenez ou il en est rendu. Oui il pense a elle a tout les jours, involontairement comme volontairement. Mais il ne s'est pas passer une journée depuis cette mauvaise matinée ou il n'avais pas penser a elle. Espérant la revoir, la serrer dans ses bras a nouveaux, l'aimer tout simplement. La revoila dans sa vie, mais a présent elle n'est plus la seul. Et bien qu'il a toute les cartes pour la détester, pour une raison incroyable il n'en est pas capable, il le sais, il ressentira toujours quelques chose pour elle. Et là sur cette ile, dans ses rayons du soleil, il devait l'avouer, elle était plus que magnifique. Mais a présent Elizabeth aussi avait sa place dans son coeur, certe moins grande que celle de June, mais sa viendrais surement. Si il lui en laissait le temps.

Il lui prit la main, et la sentis frissonner, si il s'était écouter, ou du moins si il avait été toujours avec elle, il se serait retourner et l'aurait serrer dans ses bras, mais ou l'intéret de la réchauffer alors qu'on cuit presque sur cette plage. Elle ne devais pas réèlement avoir froid! Si? Il lui déblataira tout son petit discour non préparer bien sure, assis en face de lui il la vit commencer sa phrase, puis se taire, réfléchissant. La connaissant, elle devait rassembler ses idées. Et il ne fut pas décu, car elle commenca son discours sans arret. Et de toute facon il n'aurais sut quoi dire. Oui il ne connaissait pas Véronika. Mais elle le dit rapidement. Elle le savait après tout. Le nom de June n'était pas le dernier qu'il voulais entendre. Bien sure sa le faisait souffrir, mais il ne le détestait pas a se point enfin pas au point qu'elle avait l'air de le penser. Mais alors qu'il allait lui dire qu'il n'était pas plus allergique a son prénom, qu'au arachides, elle se mit a lui dire que ses paroles avait fait l'effet d'un acide, avait mis fin au compte de fée. Mais elle avait mis fin compte de fée en le trompant. Elle seule lui avait fait prendre cette décision, car, lui il l'aurait demander en mariage deux matin plus tot! Puis elle lui avoua qu'elle l'aimait. Il s'en doutait, du au discution sur internet avec Sunshine, enfin elle. Mais se le faire dire, en pleine face comme sa... Oublier se qu'elle avait dit?! Sa serait une bonne idée, la meilleure chose a faire. Si seulement il le pouvait, ou encore si il le voulait. Oui il y avait Elizabeth, mais il y aurait toujours June Miller aussi! Elle se leva annoncant qu'elle devait partir.. Sa ne lui prit que deux seconde pour la rattraper et lui attraper le bras, l'empechant de continuer, la fit se retourner vers lui. Tout près d'elle il pouvait sentir son parfum qui lui avait tant manqué. Voir ses yeux, qui n'était plus aussi étincellant que lorsqu'ils était tout les deux. Mais qu'était-il en train de faire?!

« June, je ne suis pas allergique a ton prénom.. Je pense a toi a tout les jours, alors si j'était allergique je serait et depuis le jour de notre rupture mort et enterré! Et même décomposer et commencer a être gruger par les vers! »

Il se tu.. non il n'était pas obliger de décrire le cycle de décomposition d'un mort, mais il en avait eu besoin, et puis il voulais lui montrer vraiment, se qu'il ressentait. Pour une fois.. Et tant pis, si après sa compliquait encore plus sa vie.

« C'est toi qui a mis fin au compte de fée, deux jours avant. Parce que se matin la, le matin de notre rupture, sa aurait fait deux jours que nous aurions été fiancé. Je voulais tant passer le reste de ma vie a tes côtés que quand tu m'a annoncer que tu m'avais tromper tu m'a, en plus de me lacérer le coeur, complètement anéantis. Oui moi aussi je pourrais te raconter une histoire. Une histoire sur un Nate complètement fichu, anéantis, retenu par son meilleur ami pour ne pas aller rejoindre la femme qu'il aimait, tout lui pardonner, même si il aurait eu peur pour le reste de sa vie qu'elle ne le trompe a nouveau. La demander en mariage malgré tout. Ne pas écouter Duncan lui dire de passer par dessu, que son choix était le meilleur. Tu t'en fouterais royalement, ou du moins, tu t'en serait foutu. Tu a changer, je ne sais pas mais il manque une lueur dans tes yeux. Une lueur que je voyait a chaque fois, dont je me noyait, pour ne pas l'oublier. Tu dis m'aimer.. Mais pense tu vraiment que j'ai pu t'oublier complètement, tout l'amour que j'avais pour toi en une simple petite année? Pense tu vraiment que je t'ai complètement effacer de mon coeur?! Si oui.. alors tu te trompe et tu me connais bien mal! Alors oublier se que tu a dit, jamias.. désoler mais je ne le pourrait tout simplement pas. »

Il lui lacha le bras, la contempla quelques seconde, et baissa les yeux. Lorsqu'il les relevas il les posa immédiatement sur la mers qui s'étendait a leur cotés, comme la situation, si elle avait été différente, aurait pu être romantique.

« Si tu pense vraiment que tu dois t'en aller, alors vas-y je te retien pas, mais j'avais besoin moi aussi de me faire entendre. Quitte a me mettre encore plus dans le pétrin, vu se que je vis maintenant. »

Il avait parler légèrement plus fort que elle, pas en criant, mais il avait besoin qu'elle entende chaque parcelle de mot, de phrase qu'il lui dirait. Il avait tout fait pour repousser cette discution et poutant, elle avait lieu.. Et en plus de tout... Elle le faisait attrocement souffrir. Se a quoi il ne s'attendait vraiment pas. Il croyait que son amour pour Elizabeth était assez fort pour ne pas que sa arrive, mais fallait croire que June était encore plus présente qu'il ne le pensait dans son esprit, comme dans son coeur.

[Pourquoi t'es désoler?!
Après tout c'est moi qui est entrain de mettre Nate entre deux fille! xD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June Miller

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 28
Célébrité : Alona Tal
Date d'inscription : 02/02/2009

Open Your Heart
Pseudo sur LATW:
Relationship's:

MessageSujet: Re: Non, je ne t'oublie pas [PV]   Mer 4 Mar - 19:22

Combien de temps était-il passé depuis qu’elle avait commencé ? Même Trelawney assise en haut de sa tour des boules quies dans les oreilles vous répondrait sans doute mieux que June (excuse j'ai lu HP xD). La jeune fille avait perdu toute notion de temps. Elle avait beau être une véritable machine à paroles parfois, notamment en compagnie de certaines amies dont les tympans lui faisaient sûrement la gueule depuis des années, la plus part du temps (pour ne pas dire tout le temps), il ne s’agissait que d’un blabla conscient, histoire de donner du peps – ou de se tourner en dérision, c’est selon – à la conversation. Là, en revanche c’était différent. C’avait été totalement spontané, elle enchaînait sans réfléchir, recrachant tout ce qu’elle avait sur le cœur, oui, juste comme ça, les yeux rivés sur un point inexistant quelque part devant elle. Toujours est-il qu’une fois qu’elle eut terminé, elle se sentit étrangement vide. Comme si on l’avait dépouillée de cette aura de mystère qui l’avait toujours entourée et qui faisait d’elle un être que personne ne comprenait vraiment. Cette sensation se rapprochait d’une sorte de vulnérabilité. Oui, elle se sentit vulnérable, exposée, comme si on venait de lui ôter sa meilleure arme.

Elle regretta de suite d’en avoir dit autant. Mieux encore, elle regretta d’avoir parlé tout court, regretta de ne pas avoir fait demi-tour quand il était encore temps.

Mais le regrettait-elle vraiment ? N’était-ce pas plutôt de l’auto persuasion ? Ou peut-être appréhendait-elle simplement la réaction qui suivrait ces paroles ? Elle se dérobait, une fois de plus … mais dans ce cas pourquoi restait-elle ? Pourquoi ne partait elle pas immédiatement, après tout elle avait fini. Attendait-elle tout de même une réaction ? La vache. Etait-ce toujours aussi difficile d’être honnête avec soi-même ? Oui. Ou plutôt non, elle voulait la bonne réaction ! Et c'est cela qui lui fit peur, elle s'était levée prête à partir mais Nate ne l'entendit pas de se point de vue. Il lui prit le bras et la retourna. Elle était face à lui, il suffisait qu’elle regarde au fond de ces deux prunelles d’un azur parfait pour que son cœur se serre.


« June, je ne suis pas allergique a ton prénom.. Je pense a toi a tout les jours, alors si j'était allergique je serait et depuis le jour de notre rupture mort et enterré! Et même décomposer et commencer a être gruger par les vers! »

Il avait souffert, il avait mal. Mais comme s'il n'y en avait qu'un qui souffrait. Comme si elle l'avait fait souffrir par plaisir. Par volonté. Comme si elle méritait ce qui allait lui tomber sur le coin de nez. Comme si Miller était une salope. Comme si June était une criminelle. Comme si elle aurait toléré qu'on lui fasse du mal, à son Nate. Elle ne l'avait jamais tolérée. Et encore moins quand elle en avait été la responsable. Soit, elle était une minable. mais elle le savait. Soit, elle s'était conduit comme une salope. mais pas consiemment. Oui, elle était une enfoirée. Oui, elle était blâmable et blâmé, oui elle était exécrable et exécré. Mais celui qui la détestait plus que tous les autres (tel que Duncan) celui qui lui en voulait le plus, celui qui lui faisait le plus de mal, celui qui lui pourrissait la vie jour après jour pour ce qu'elle avait fait, c'était elle-même. Car elle savait que tout était de sa faute. Elle le savait, mais ne pouvait plus rien y faire. Elle ne pouvait plus que se détruire lentement, elle-même, à petit feu. Car une seule chose comptait pour June, depuis ce soir, depuis ce soir maudit dans le lycée: la douleur. La peine. Alors oui, ce qu'elle avait fait été blâmable. Alors oui, on pouvait lui en vouloir. Il savait que dire qu'elle regrettait n'aurait servi à rien. N'avait servi à rien. Et elle s'enfonçait.

« C'est toi qui a mis fin au compte de fée, deux jours avant. Parce que se matin la, le matin de notre rupture, sa aurait fait deux jours que nous aurions été fiancé. Je voulais tant passer le reste de ma vie a tes côtés que quand tu m'a annoncer que tu m'avais tromper tu m'a, en plus de me lacérer le coeur, complètement anéantis.»

June pinça les lèvres. Elle se sentait soudain horriblement mal dans sa peau. Des frissons parcoururent son corps entier. Elle se détestait. Elle détestait sa personne toute entière. Et si elle avait pu mourir en cet instant... si seulement elle avait pu. Le regard toujours plongé dans le vide, elle attendait. Elle attendait que le monde se décide à exploser, que l’apocalypse arrive et l’emporte. Elle attendait en vain ... Elle aurait tellement aimé pleurer. Pleurer, se libérer, avoir une tête explosée et des synapses qui disent merde pendant tout le reste de la journée… oui, vous avez bien lu, June Miller avait désespérément envie de pleurer. Le seul hic c’est que ça ne se faisait pas sur commande. Petite déjà, elle avait du mal à faire sortir les larmes. Rester stoïque en toute circonstance… mais qu’il aille se faire voir, ce stupide principe ! Elle en avait marre d’être ce qu’elle était. Elle avait une vie bourrée de problèmes, d’incompris, de malentendus… Pourquoi, pourquoi diable avait-elle dû traverser tous ces putains d’obstacles, si c’était pour finir comme ça ?!

«Tu dis m'aimer.. Mais pense tu vraiment que j'ai pu t'oublier complètement, tout l'amour que j'avais pour toi en une simple petite année? Pense tu vraiment que je t'ai complètement effacer de mon coeur?! Si oui.. alors tu te trompe et tu me connais bien mal! Alors oublier se que tu a dit, jamias.. désoler mais je ne le pourrait tout simplement pas. »

"Nate ..."

« Si tu pense vraiment que tu dois t'en aller, alors vas-y je te retien pas, mais j'avais besoin moi aussi de me faire entendre. Quitte a me mettre encore plus dans le pétrin, vu se que je vis maintenant. »

Non elle ne voulais pas partir. Pendant l’espace d’un instant, elle vit son visage, plus près qu’elle ne l’avait vu depuis des mois. Chaque détail de son nez, ses joues, ses magnifiques yeux bleus … Cela la transperça, comme un poignard au cœur. Son visage s’approcha de celui de Mister Walker, et, doucement, avec tendresse, ses lèvres vinrent se poser sur les siennes. Non elle ne voulais pas partir, elle voulait juste poser ses lèvres sur les siennes.

Son cœur battait à toute vitesse. Ou non, plutôt, il ne battait plus. Elle ne savait plus, ellle ne savait pas, et le pire, le pire de tout, c’était qu’elle s’en fichait. Rien à foutre, vraiment rien. Plus rien à faire de rien. Juste ses lèvres sur celles de Nate. Pour la première fois depuis … une éternité. Non, pas une éternité, tellement plus que ça. Un an et plus sans elle, ce n’était pas l’éternité, c’était plus encore. Et au diable tous les scientifiques qui disaient qu’il n’y avait pas plus que l’éternité. Ils n’avaient jamais vécu ça, ils ne pouvaient pas savoir, ils n’en savaient absolument rien, et d’ailleurs, étaient-ils déjà tombés amoureux pour dire des âneries pareilles ? L’éternité est plus courte qu’une seconde sans un regard de lui, sans une parole, sans une pensée de lui. L’éternité semblait tellement futile à côté de l’amour. Elle avait l’impression d’avoir pris tellement d’âge. D’avoir vécu cent ans avant que leurs lèvres ne se retrouvent. Mais cent ans d’une vie morne, terne, sans couleur, sans parfum, sans odeur, sans plaisir. Rien du tout. Comme ce qu’il y avait autour. Rien du tout. Juste elle et lui. Enfin.


[Nan, désolée car mon post était merdique (tout comme là)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nate J. Walker
    I'm Just A Fasinating Man.. So Look At Me, I'm Handsome

avatar

Nombre de messages : 59
Age : 29
Célébrité : Jensen Ackles
Love Song : The Best I Ever Had - State Of Shock
Date d'inscription : 29/01/2009

Open Your Heart
Pseudo sur LATW: Waak
Relationship's:

MessageSujet: Re: Non, je ne t'oublie pas [PV]   Sam 7 Mar - 9:11

Elle avait le regard poser sur lui a tout les mot qu'il avait dit, un regard si changer depuis le temps que si il n'avait eu que les yeux pour la reconnaitre, il n'était pas sure qu'il aurait réussi le test, enfin pas sure, car ses yeux avait toujours rester inexplicablement encré dans sa mémoire, dans son être et surtout dans son coeur. Elle le laissait parler sans un mot, juste a le regarder, et a emplir ses yeux d'une tristesse bien trop grande. Plus ses paroles continuait, plus son envi de la prendre dans ses bras pour la consoler grandissait dans son fort intérieur. Mais lui aussi aurait bien eu besoin de se faire consoler, car c'était lui qui avait été blesser se jour la, enfin le premier blesser dirons-nous. Durant les courtes pause qu'il prenait, il voyait bien qu'elle ne savais pas quoi lui dire, mais il continuait, a croire qu'il aimait se tordre le couteau dans la plaies. Il avait Elizabeth maintenant pourquoi tant vouloir s'expliquer auprès de June, pourquoi vouloir tant lui faire comprendre comment il s'était senti, pourquoi tant vouloir lui faire connaitre ses sentiments??! Pourquoi...? Tant de question et si peut de réponse, tant de pourquoi alors que rien ne venait pour répondre a celles-ci. Il devait le faire, et ne voulais plus savoir pourquoi. Il arreta a nouveau de parler, et elle prononca son prénom. Comme elle ne continuait pas sa phrase, il fit un léger sourire et continua son monologue simplement couper par le son de son prénom prononcé par sa voix a elle, la voix de June Miller, sa.. enfin vous comprennez.

Il avait cesser de parler, de bouger, mais surtout de la regarder. Il fixait l'horizon, la mer, le soleil, mais surtout pas la jeune femme a ses cotés. Elle ne partait pas finalment? Elle en avait sans doute plus le gout, voulant peut être comprendre pourquoi il lui avait dit tout sa,... Mais alors elle serait décu, parce qu'il se posait la même question, et surtout, il n'avait pas de réponse. Mais a la place de toute parole, elle s'approcha de lui, et lui bizarrement ne bougeait pas. Ses lèvres se possière sur les siennes.. il n'avait pas bouger. Mais dès qu'il les sentis contre les siennes, il ne put s'empêcher de lui rendre son baiser. Quoi faire d'autre?! Elle lui avait tant manquer, tout de elle lui avait cruellement manquer, alors pourquoi n'aurait-il pas sauter sur l'occasion, alors qu'il savait qu'elle ne le repousserait pas, car s'était elle qui avait fait le premier geste! Puis ses pensés se perdirent dans le néant.. Plus rien n'existait a part June et lui. A part leur deux corps, leurs levres qui venait de se retrouver...

Le temps avait sans doute cesser d'avancer, la terre avait sans doute arreter de tourner. Du moins c'était se qui semblait. Leur lèvres étaient a nouveau réunis, leur corps s'était retrouver. Mais Nate, l'arreta légèrement. Il aurait voulu que sa dure, mais son esprit avait retrouver ses moyens. Restant toute fois légèrement près de la jeune femme, les mains poser sur ses hanches, comme par peur qu'elle ne s'envole.

« Je crois qu'on est en train de se faire du mal June! »

[Désoler ses a mon tour de faire un poste merdique! xD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June Miller

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 28
Célébrité : Alona Tal
Date d'inscription : 02/02/2009

Open Your Heart
Pseudo sur LATW:
Relationship's:

MessageSujet: Re: Non, je ne t'oublie pas [PV]   Sam 7 Mar - 16:41

L’amour … Ce sentiment existait parce que nul homme ne pouvait s’en passer, et nul homme ne pouvait avancer s’il n’y avait pas cette aspiration à un moment ou à un autre de sa vie. L’amour était de loin le plus beau des sentiments, le plus rare et ainsi le plus précieux, et pourtant, beaucoup en disposaient sans jamais savoir en jouir comme il le faudrait normalement. L’amour était plus qu’un mot, plus qu’un concept, c’était un goût, une odeur, une vision, un son, et un contact, c’était une sensation, une impression, une illusion également. L’amour n’était rien et en même temps tant de choses à la fois, mais l’amour était, également, un regret, une culpabilité, une amertume … ou un secret.

S’il existait quelque chose de pire qu’un amour déchu, June pensait que – peut être avec justesse – c’était bien un amour silencieux, repenti et tu. Elle avait cette délicate amertume dans le cœur qui confinait ses sentiments entre des parois lui déchirant tout simplement les entrailles. La jeune Miller savait ce qu’était l’Amour, avec un grand A, mais, parfois, ellle était presque près à le regretter, car elle n’avait jamais rien connu de plus douloureux et de plus amer qu’un amour gardé pour soi, par contrainte ou consentement.

Elle s’était promis que ses sentiments ne seraient jamais qu’un grain de poussière dans un désert, qu’une brise au milieu d’une tempête, ou qu’un mot au milieu d’un éloquent discours. Elle avait choisie – pour le bien de tous d’après elle – de ne jamais rien dire, tel un secret qui révèlerait des démons insoutenables.

Et pourtant ... Les personnes là connaissant avait compris qu'elle était toujours autant amoureuse de Nate ! Des amis l'avaient inscrite sur le site essayant de lui faire oublier Nate mais cela avait juste permis "d'avouer" son amour à Nate.

Le voir proche d'elle, ses yeux, son odeur, ses lévres ... Depuis le début de leurs rencontre elle avait été tenter de l'embrasser et elle n'avait put s'empêcher. Elle combla l’espace entre leurs deux visages et ses lèvres entrèrent en contact avec les siennes. Il ne la repousa pas, il répondit même au baiser. Pendant cette fraction de seconde. Ce dont vous ne savez pas, c’était que Nate en était devenue sa drogue personnelle. Etait-ce vraiment flatteur de l’assimiler à de la drogue, allez savoir, après tout elle ne pouvait plus se passer de lui et l’appréciait… énormément. Mais il y a une fin à tout comme à leur baiser. Une vieille légende dit qu'à chaque baiser, on se fait voler une partie de son âme. June elle n'hésiterait pas à vendre son âme. Elle laissa glisser ses doigts sous la paume de Nate et serra sa main dans la sienne. En cet instant précis, n'importe qui pouvait brûler dans les flammes de l’Enfer qu’elle ne s’en préoccuperait pas. Nate était tout ce qui comptait.

« Je crois qu'on est en train de se faire du mal June! »

Non. Ce n’était pas possible. Elle avait dû mal comprendre. Oui c’était ça, elle n’avait pas compris. Son cerveau était stupide et avait mal interprété ce qu’il lui avait dit. Ou alors c’était ses oreilles qui étaient défectueuses. Après tout, elle s’approchait de la majorité, elle se faisait vieille. Mais au fond d’elle-même, elle savait que ce n’était techniquement pas possible. Alors elle se décida à accepter qu'il ne partager pas ses sentiment. Elle le connaissait. Elle croyait le connaître. Elle ne le connaissait plus. L’avait-elle vraiment connu ?

Juste elle et lui. Enfin. Non. Elle s’en rendit bientôt compte. Même si elle ne voulait pas. Non, en fait, il n’y avait qu'elle. Elle et le goût de ses lèvres. Mais lui, il n’était pas là. Vous connaissez cette impression, quand vous montez les escaliers dans le noir, et , alors qu’il n’y a plus de marche, vous en cherchez une. Vous avez l’impression de tomber dans le vide. Ou dans un looping , par exemple. L’impression que vous allez tomber, sans fin, et ne jamais vous relever. Que c’était la fin. Que vous alliez mourir, mais avec cette sensation de perte au niveau de vos tripes. Et bien là, c’était exactement la même chose. Tout s’écroulait autour de June. Jamais elle n’avait envisagé ça. Non, jamais. Elle avait imaginé ses bras se passant enfin autour de ses épaules, ses doigts s’entrelaçant doucement à ses cheveux, la chaleur de son corps contre le sien, et la sensation, qu’enfin, tout était posé, tout avait été dit, tout avait été fait. Que le cauchemar prendrait fin. Qu’elle l’embrasserait, qu’il l’embrasserait, qu’ils s’embrasseraient comme ils ne l’avaient jamais fait, et que tout pourrait recommencer à zéro. Qu’ils allaient enfin se retrouver. Et ne plus jamais se quitter. Qu’après, elle s’excuserait, encore une fois, qu’il lui dirait de se taire et qu’ils s’embrasseraient, encore et encore, toute la journée, toute la nuit, tout le temps, comme pour essayer de rattraper leur retard. Elle avait crut tout ça. Elle en avait rêvé. Mais elle venait de se rendre compte que rêves et réalité étaient pire que différents. Et son cœur venait de lâcher. Il ne battait plus, définitivement. Mais qu’importait ?

Qu’importait ? Elle avait tout joué, tout risqué, tout donné, jusqu’à son dernier atout. Elle avait abattu la dernière carte, mais son roi ne voulait pas jouer. Plus jouer. C’était fini. La partie était terminée. Définitivement. Game over. Elle avait tout perdu. Elle n’avait plus qu’à … se reculer, déjà, ce serait pas mal.


"Si vraiment, c’est ça l’amour, alors j’en veux plus. … Je n’arriverai jamais à te chasser de mon esprit, la plaie est trop profonde. Tu m’as littéralement détruite, Nate J. Walker."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Non, je ne t'oublie pas [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Non, je ne t'oublie pas [PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oublie de fermer la chambre à clé (pv Vassago).
» Je ne t'oublie pas...
» "J'oublie toujours, de t'oublier." PV, Liévre
» Je ne t'oublie pas ( Rp )
» Peter ♣ N'oublie pas ton sourire, car il fera plaisir aux gens que tu aimes et il emmerdera ceux qui te détestent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Love around the world dot com :: North Bimini :: Bouknadel Garden :: Jardin de roses-
Sauter vers: